chargement en cours...
fermer la carte [x]

Voyages



départs:

02-02-2017

Durée:

19 jours

CARTE:


Les Evenes-éleveurs de rennes de Yakoutie




Sur les traces de Nicolas Vanier.


 Les Evenes-éleveurs de rennes de Yakoutie.
 Voyage du 24/03/2016 au 11/04/2016.


Les points forts :

  • découverte d’une des plus grandes et belles régions de Sibérie ;
  • nombreuses rencontres avec des autochtones de Yakoutie ;
  • des paysages majestueux des montagnes de Vérkhoyansk ;
  • presque une semaine passée dans le troupeau : nuits sous la tente, expérience du travail avec le troupeau, déplacements en traîneaux de rennes ;
  • visite des vestiges des camps de prisonniers faisant partie de « l’Archipel Goulag » ; 
  • visite du Pôle de Froid de la demisphère nord – l’endroit habité le plus froid sur la Planète


PROGRAMME INDICATIF :


24.03. Jeudi. Jour 1 – Arrivée à Yakoutsk et départ à Khandyga.

Vol de l’Europe à Yakoutsk via Moscou.

A l’arrivée, rencontre avec votre guide, chargement des affaires dans le bus qui nous emmènera à Khandyga. Dernières courses et préparations pour le tour. Départ vers la prochaine étape de notre voyage. Nous nous rapprochons des montagnes de Vérkhoyansk.

Après avoir quitté la ville, nous traverserons la rivière Lena sur la glace. Aucun danger, le passage est officiellement balisé et nettoyé par les chasse-neiges, on ne sent pas vraiment de différence entre la piste sur la terre et la route de glace sauf, lorsqu’il faut freiner. Lors de notre tour, nous rencontrerons d’autres traversées des rivières, plus compliquées... 

Vers la fin de l’après-midi, nous arriverons à Khandyga, centre administratif de la région de Tompo, une petite ville qui se trouve au bord de la rivière Aldan. C’est encore une rivière de taille sibérienne que nous traverserons par un passage balisé. Après la journée sur la route, nous nous relaxerons au dîner dans un des cafés de Khandyga. Nuit dans un hôtel privé, rustique, mais au moins, il y fait chaud et le logement est propre. Khandyga est un des endroits les plus froids de la région et le thermomètre peut descendre plus bas que vous ne pouvez même l’imaginer... Rassurez-vous c’est un froid sec, mais tout de même, il faut le vivre pour y croire...


25.03. Vendredi. Jour 2 – Khandyga – Topolinoë. Les montagnes de Vérkhoyansk.

Dans la matinée, nous reprenons la route. Notre objectif  c’est Topolinoë. Il s’agît du village principal du kolkhoze des renniculteurs de la région de Tompa. Sur les premiers cent kilomètres, nous suivons la route de Magadan, qu’on appelle aussi la route des os. Jusqu’à nos jours, lors des travaux sur cette route ou au printemps, quand les rivières débordent, on découvre les restes des prisonniers des camps staliniens qui resurgissent de terre. C’est eux qui à coup de pic, sans aucune aide que leurs bras ont construit cette route dans des conditions si démentes que beaucoup y ont laissé leurs vie.

Après l’embranchement vers la route de Topolinoë, nous nous approchons des montagnes de Vérkhoyansk et longeons la rivière de Tompa qui a donné son nom à la région. A chaque kilomètre, la piste monte de plus en plus haut. En traversant le col Oltchanski, à 30 km de Topolinoë, nous ferons un arrêt obligatoire. Cet endroit est sacré pour les Evenes. Depuis longtemps, ils y passaient avec leurs caravanes et troupeaux. De la crête, nous pourrons contempler le panorama des montagnes de Vérkhoyansk. A l’arrivée au village, logement chez l’habitant dans des conditions simples, mais correctes.


26.03. Samedi. Jour 3 – Fête.

Cet événement est très important pas seulement pour les habitants de la région de Tompo, mais aussi pour tous les renniculteurs de Yakoutie. Ils participent à des compétitions organisées lors de la fête. Les éleveurs de rennes viennent à Topolinoë avec le meilleur de leurs troupeaux qui se trouvent souvent à plusieurs jours de traîneau. Pour eux, ce n’est pas seulement la possibilité de communiquer avec les gens d’autres tribus, mais aussi la possibilité de gagner un des prix présentés par l’administration régionale. Cela peut être un renne, une poste de télévision ou un voyage en famille vers la mer Noire, la station balnéaire de Russie. Le plus fort, le plus brave, le plus habile gagnera le grand prix tant espéré – une motoneige. Le renne à moteur ! 


27.03. Dimanche. Jour 4 – Fête.

La fête continue, nous assisterons aux compétitions de lancement du lasso, au saut par-dessus les traîneaux, à des courses à dos de rennes et en traîneaux. Les femmes des éleveurs de rennes participent au concours « Maîtresse de Tchoum (Tipi) », lors duquel elles font la présentation de leur savoir-faire pour l’aménagement du Tchoum, de la fabrication des vêtements en peau de rennes, de la cuisine. Les fêtes des éleveurs de rennes de Yakoutie ont une renommée internationale. Parmi les invités, on peut rencontrer, les représentants des régions polaires ou la renniculture existe aussi : Finlande, Norvège, Suède et le Grand nord de la Russie. Souvent, ces invités participent aussi aux compétitions. Dans l’après-midi, dans le club du village nous verrons un concert des groupes locaux de chants et de danses traditionnelles Evenes. Après ce sera la discothèque !


28.03. Lundi. Jour 5 – Préparation du départ au troupeau.

Ce jour-là, Véniamin, notre hôte et accompagnateur, s´occupera des rennes qui nous emmèneront  au campement. Dés le matin, avec l´aide de quelques garçons de sa famille, ils devra aller chercher les rennes dans la taïga, où il les a laissé au retour du troupeau avant la fête. Après les avoir trouvé et regroupé, Véniamin emmène ce petit troupeau vers une cabane avec le corail, où le lendemain, nous devrons les retrouver.

Pendant ce temps-là, nous allons profiter de cette journée à Topolinoë pour faire la connaissance de la population de ce site, visiter le musée local et quelques curiosités : le reste du camp des prisonniers avec la maison des gardes du camp, l´école, la glacière, etc. 

Nous prendrons un bania russe – pour nous laver avant le départ vers le troupeau. Dîner dans le café du village. Nuit chez l’habitant.


29.03. Mardi. Jour 6 –  Départ pour troupeau.

Nous quittons Topolinoë. D’abord en voiture, jusqu’à la cabane et le corail, où Véniamin a laissé ses rennes de traîneaux. Pour commencer, nous allons assister et peut être même aider à attraper les rennes qui nous emmèneront au campement. On fait entrer les rennes dans le corail, où on les attrape un par un. Il y a des rennes qui sont habitués à l’homme – ils se laissent approcher facilement, les autres – plus sauvages s’attrapent au lasso.

Quand tous les rennes sont attrapés, on commence à composer la caravane. Il existe un ordre bien défini que les rennes doivent  suivre. S’il y a beaucoup de charge ou de gens à transporter – ce qui est notre cas, la caravane se sépare en deux, trois et plus parties, qui se suivent l’une après l’autre.

Chacun d’entre nous aura son traîneau personnel, de grands bagages nous serviront comme dossiers pour qu´on puisse s´en appuyer. Nos petits sacs à dos seront attachés devant nous pour être facilement accessibles. Quand tout est prêt, la caravane part.

Bien que le campement se trouve pas très loin (du point de vue des éleveurs), nous aurons quand même de 4 à 5 heures de route à faire avec quelques arrêts pour qu´on puisse se réchauffer. Notre premier devoir est de s´habituer au déplacement en traîneau, ce qui n´est pas évident pour nous qui n´avons jamais utilisé ce mode de locomotion. Vu que l’on aura démarré assez tard, il est possible que nous arriverons au campement après le coucher du soleil. Dîner et la première nuit avec les éleveurs de rennes, sous les tentes en toile, chauffées par le poêle à bois que nous alimenterons à tour de rôles, peut être. Remercions nos duvets, ils sont bien chauds!

Nous passerons la nuit, comme le font les éleveurs de rennes depuis des siècles, ici rien n’a changé sous les étoiles.

Et pendant tout le séjour sous la tente Evene, il est possible d´observer  des Aurores Boréales.


30.03. Mercredi. Jour 7 – Troupeau. Balade aux alentours du campement.

Dés le matin, nous accompagnerons nos amis Evenes dans leurs tâches quotidiennes. Mais d’abord le petit déjeuner. Puisque les éleveurs de rennes passent parfois toute la journée avec leurs troupeaux sans pouvoir prendre de repas, leurs petits déjeuners est copieux : galettes de pain cuites sur le poêle, viande de rennes, soupe de rennes,  thé sucré avec des gâteaux secs. A vrai dire, tous leurs repas se ressemblent un peu et il est bien probable que le soir nous remangerons la même chose que le matin. Allons, c’est le prix à payer pour découvrir la vie Evenes et, heureusement pour nous, cela ne dure pas des mois. Un petit régime à la viande de renne c’est aussi très bon pour la ligne.

La journée polaire d’hiver est trop courte pour pouvoir contenir tout ce que ces habitants des montagnes de Vérkhoyansk ont à faire. D’abord, aller chercher les rennes qui ont tendance à ne jamais rester ensemble et à se disperser dans les montagnes, pour aller à la recherche des endroits les plus riches en lichens. C’est toujours ailleurs ou un peu plus loin que le camp. Une fois tous les rennes réunis, il faut les emmener vers les tentes pour choisir ceux qui vont travailler aujourd’hui, les atteler et les seller. Les autres, ayant reçu leurs doses de sel, restent encore quelque temps prés des tentes, avant de s’éparpiller de nouveau. Le reste de la journée peut être consacré à la préparation du bois ou de la glace. La source d’eau potable, c’est souvent l’obligation d’aller découper de blocs de glace dans les lacs ou les rivières. Le froid est si dense que les rivières sont régulièrement gelées jusqu’à leurs lits.


31.03. Jeudi. Jour 8 – Balade sur la rivière glacée vers les sources de la rivière.

Ce jour-la, nous quitterons le campement pour aller plus loin au fond du territoire de migration du troupeau de nos amis. Nous partons en traineaux de rennes sur la rivière glacée qui zigzague dans la vallée. Au début, plus on monte, plus la vallée devient étroite, mais finalement elle se transforme en large plateau remontant vers le col. Ce col sépare les pâturages du troupeau en deux. Il y a deux grands groupes de rennes qui composent le troupeau : les mâles reproducteurs et jeunes rennes d’un côté et les femelles de l’autre.

La Nature a fait en sorte que les mâles perdent leurs bois, juste après la période du brame – au mois d’octobre-novembre. Tandis que les femelles gardent leurs bois pendant tout l’hiver et ne les perdent qu’en avril–mai – avant l’accouchement des petits (pour ne pas les blesser). Cela permet au femelles, dont une grande partie sont enceintes en hiver, d’utiliser leur arme principale pour se protéger contre les attaques des mâles qui essayent de les empêcher d’accéder au lichen. Assez souvent, les femelles se vengent et attaquent les mâles pour la même raison. Alors, ces derniers quittent le « champ de bataille » sans trop discuter.

Sur notre chemin, nous allons passer près des vestiges des camps de prisonniers qui ont été abandonnés après la mort de Staline, dans les années 50. A quelques dizaines de kilomètres de Topolinoë, nous retrouvons les ruines des Goulags démolis par le temps.  Nous découvrirons, les baraques en bois, le fil de fer barbelé, les miradors effondrés. Ces ruines sont devenus les témoins silencieux de l’existence et de la mort des centaines constructeurs de la route vers le Grand Nord, d’habitants forcés de ces endroits, sinistres par son histoire, mais magnifiques par son environnement. Mais cela ne devait pas être la préoccupation principal des prisonniers...

Pensifs et silencieux nous rentrons au campement Evene.


01.04. Vendredi. Jour 9 – Troupeau. Balade aux alentours du campement.

Le troisième jour dans le troupeau. En attendant que nos amis Evenes ramènent les rennes vers les tentes, nous ferons une balade dans la taïga avec l´ascension d´une des montagnes à coté du campement, pour avoir une belle vue sur nos tentes et une petite partie du gigantesque massif montagneux de Vérkhoyansk. Du haut, nous verrons de loin le troupeau arriver. Au retour dans le campement, une session photo avec les rennes du troupeau et les Evenes. Ceux parmi nous qui voudront essayer de monter sur le dos de renne, pourront le faire. D´autres distractions sont aussi dans le programme.


02.04. Samedi. Jour 10 – Retour à Topolinoë.

La journée débute comme les trois précédentes - avec la viande de renne. On commence à s’habituer, mais trop tard, il faut partir. Rassurez-vous tout de même, nous aurons pris les précautions de faire quelques achats en ville, avant votre voyage, pour agrémenter vos repas. Le conte de fées se termine malheureusement. Après avoir rassemblé les rennes, nous aidons à les atteler et vérifions que nos sacs soient bien attachés aux traîneaux. Les rennes nous emmènerons à Topolinoë, ou nous passerons encore une nuit avant retrouver la civilisation. Mais où est-ce vraiment la civilisation, la grande ville?...

Bania à l´arrivée. Nuit au chaud.


03.04. Dimanche. Jour 11 – Départ pour Khandyga.

Une journée un peu longue, mais quelle belle route ! Nous l’agrémenterons par de nombreux arrêts-photos dans les endroits pittoresques de la piste. Nuit à Khandyga, dans un petit hôtel privé.


04.04. Lundi. Jour 12 – Départ vers le Pôle de froid.

Tôt le matin, nous quittons Khandyga, cap au Pôle de froid qui se trouve à presque 400 kilomètres vers l´est. Une bonne journée de route non-bitumée (comme la plupart des routes en Yakoutie), ou plutôt de la piste... La route Yakoutsk-Magadan est officiellement nommée « Kolyma », selon le nom d´une des plus grandes rivières du nord de Sibérie. Mais les locaux l´appellent aussi « la route sur les os ». C´est la fameuse route construite par les prisonniers du Goulag.


En 2010, le gouvernement de la Russie a lancé la reconstruction de l´autoroute « Kolyma » entre Yakoutsk et Magadan. Le but est de développer les régions du nord de la Sibérie et d´accéder aux gisements de minerais. Par endroits, la route remplace la piste construite par les prisonniers, par endroits elle passe à coté. Le problème est que lors de la construction de la nouvelle route, des tombes des prisonniers et des gardiens des Goulags, des ponts et des restes de rares baraquements et miradors des camps de prisonniers qui se trouvent à proximité de l´ancienne piste disparaissent. Même s´ils sont en mauvais état, ce sont des souvenirs qui nous font penser aux dizaines de milliers de gens qui ont passé les meilleurs années de leurs vies dans ces endroits hostiles.

Quelques milliers de prisonniers sont morts à cause des maladies et conditions de vie difficiles. Ils ont été enterrés sous la piste même ou à coté. Leurs noms restent inconnus.

Au début de la soirée, nous arrivons dans le village d´Oïmyakon, où un acceuil chaleureux, un dîner chaud et la maison chauffée nous attendent.

Nota : Les amateurs de l´oeuvre de Nicolas Vanier, pourront voir les plateaux de tournage de son film « Loup ».


05.04. Mardi. Jour 13 – Visite de Oïmyakon.

Le matin, nous commençons la visite de Oïmyakon – un village qui se trouve en plein milieu de la dépression qui porte le même nom. C´est là, où se trouve le Pôle de froid de l´hémisphère nord, aussi que l´endroit habité le plus froid de la Planète. La température minimale enregistré - -71,2. Bien sûr, en fin du mois de mars, nous n´aurons pas de température pareille. Bien que le matin, il peut facilement faire entre -25 et -35°C. Déjeuner chez l´habitant. Dans l´après-midi, nous pourrons visiter une ferme d´élevage de vaches de race yakoute et nous assisterons à un concert d´un groupe folklorique des enfants de l´école de Oïmyakon. Dîner et nuit chez l´habitant. 


06.04. Mercredi. Jour 14 - Visite de Tomtor.

Le matin, nous serons reçus chez le maire de Oimyakon, qui nous remettra des certificats de la visite du Pôle de froid. Au début de l´après-midi, nous arrivons à Tomtor. Le programme de la visite est assez riche : excursions dans le musée ethnographique et le musée du GOULAG, visite d´une ancienne mine transformée en réfrigérateur géant où se trouve l´exposition des sculptures de glace.

Avant la nuit, nous rentrons à Oïmyakon. Dîner et nuit chez l’habitant.


07.04. Jeudi. Jour 15 - Départ pour Khandyga.

Dans la matinée, nous reprenons la route de retour. Encore une fois nous reverrons de beaux paysages des montagnes de Vérkhoyansk, referons quelques photos – presque de cartes postales. Vers la fin de l´après-midi, nous arriverons à l´incontournable Khandyga pour y passer notre troisième nuit. Dîner au café ouzbek. Nuit dans un petit hôtel privé.


08.04. Vendredi. Jour 16 – Arrivée à Yakoutsk.

Sur le chemin de retour à Yakoutsk, plat et monotone, nous nous arrêterons au village de Tchouraptcha pour prendre un déjeuner dans un café au bord de la route. 

Arrivée à Yakoutsk. Dîner dans un vrai restaurant et nuit dans un hôtel avec des lits bien confortables. Et la douche !


09.04. Samedi. Jour 17 – Visite du centre ethnographique « Tchotchour-Mouran ».

Après le petit déjeuner, un minibus nous emmènera à 7 kilomètres de Yakoutsk, dans le centre ethnographique de « Tchotchour-Mouran ». Balade sur le territoire du centre avec la possibilité de faire un tour sur un traîneau à chiens. Le déjeuner dans le restaurant du centre. Construit d´après des plans originaux d’une forteresse en bois des cosaques-explorateurs de la Sibérie, ce restaurant est un des plus beaux de Yakoutsk. Ses salles sont décorées avec d’authentiques objets de XVIII-ème, XIX-ème et de XX-ème siècles.

Encore une fois, nous allons déguster des plats de la cuisine yakoute. Continuation de la balade.

Retour à Yakoutsk vers la fin de l’après-midi. Dîner dans un café du centre ville. Nuit à l’hôtel.


10.04. Dimanche. Jour 18 - Visite de Yakoutsk. 

Visite de la capitale de la République de Sakha (Yakoutie). La vieille ville, musée ethnographique, l’exposition des Diamants, musée du Mammouth. Lors de la visite du marché central, vous pourrez acheter de la viande fumée et du saucisson de renne, du poisson salé et séché à la façon des peuples du nord - yukola. Le soir, dîner festif d´adieu dans un des restaurant de la ville. Nuit dans un hôtel.


11.04. Lundi. Jour 19 - Départ de Yakoutsk.

Transfert à l’aéroport et départ en Europe via Moscou.



Dates : Moscou – Yakoutsk – Moscou: le séjour commence Jeudi le 24 mars 2016 à Yakoutsk et se termine Lundi le 11 avril 2016 à Yakoutsk.

Départ d’Europe le 23 mars 2016.


Prix : contactez-nous via la page de Contacts.


Le prix comprend:

  • hébergement aux hôtels, chez l’habitant et sous la tente chauffée ;
  • pension complète ;
  • tous les transferts et transports selon le programme en minibus privés et taxi collectifs;
  • guide francophone ;
  • enregistrement des passeports ;
  • lettre d’invitation pour le visa ;
  • visites et entrées des musées ;
  • prêt des peaux de rennes lors des déplacements en traîneaux et nuitées sous la tente .


Le prix ne comprend pas :

  • vols Paris – Yakoutsk – Paris via Moscou ;
  • frais de visa;
  • équipement grand froid obligatoire : veste + pantalon + moufles + bottes Sorel + sac de couchage -30-40°C (location possible à l’agence) ;
  • frais personnel.

Groupe : 6 participants maximum + accompagnateur local.  


Hébergement :

  • à l’hôtel à Yakoutsk et à Khandyga ;
  • chez l’habitant à Topolinoë et à Oïmyakon ;
  • sous la tente en toile chauffée au poêle dans les montagnes de Vérkhoyansk.


Recharge des batteries : tout à fait possible lors des nuits à l’hôtel ou chez l’habitants. De temps en temps, possible lors des nuits sous la tente Evene.


Difficulté : accessible à toute personne en bonne condition physique. Les participants doivent être capables de tenir sur le traîneau lors du déplacement et  de se déplacer à pied sans problèmes sur le terrain légèrement accidenté et dans la neige profonde (30-40 cm).


Accompagnement:  russe francophone spécialiste de la région. 


Nota Bene : Le voyage proposé sort de l’ordinaire. Nous vous emmènerons dans une région ou la densité de la population est très faible, c’est pourquoi il n’y a pas du tout de l’infrastructure touristique, le réseau routier n’est pas développé et les routes qui existent sont en état terrible. Pendant plusieurs décennies, jusqu’à Pérestroïka, les régions Yakoutes que nous allons visiter ont été subventionnées par l’état. A cause des conditions climatiques défavorables et le sol gelé en permanence, ni l’agriculture, ni l’élevage des animaux comme vache, mouton, chèvre etc., n’y sont pas praticables. Les seuls animaux d’élevage capables à vivre ici sans beaucoup de difficultés – les rennes. Les renniculteurs Evenes ont gardé, jusqu’aujourd’hui, leur mode de vie qui peut nous sembler archaïque. Les tentes en toile et poêle en metal qui ont remplacé le tipi couvert des peaux de rennes et le feu au milieu. Mais c’est le seul mode de vie qui leur permet de garder le troupeau et  faire s’accroître le nombre des animaux.

Ce voyage ne s’effectue que deux fois par an, alors profitez en bien.

Un voyageur qui arrêtera son choix sur ce voyage, doit être prêt à plusieurs difficultés que nous rencontrerons lors de ce tour : de longs trajets en voiture, conditions locales rustiques, les attentes imprévues, variations de températures (trop chaud dans des appartements, voitures, sous les tentes (pendant que le poêle chauffe) et très froid dehors). Mais vous serez largement récompensés pour votre patience car c’est vraiment un voyage magnifique. Il ne présente pas de grandes difficultés physiques, mais il faut savoir garder sa bonne humeur. Par exemple, vous pourrez être amenés à dormir à 6 personnes sur le plancher d’une cabane. Mais, le plus important, qu’il y fait chaud la nuit. Le programme peut être modifié en fonction des obstacles rencontrés, mais quoiqu’il arrive nous ne raterons pas les grands moments de ce voyage qui sont les tentes et troupeaux Evenes, le Goulag, les diamants et mammouth de Yakoutsk, et tant d’autres.

Alors, la bonne humeur doit rester de mise !!!


ÉQUIPEMENT RECOMMENDÉ: nous consulter par e-mail.
















GALERIE: 12 photo


Evene - éleveur de rennes

Pom & renne

Rencontre sur la route de Magadan

Madonna Evene

Campement Evene

Famille Evene

Eleveurs de rennes

Rennes dans le coral

Rennes dans le coral

Rennes dans le coral

Troupeau de rennes

Caravan des traineaux de rennes
Recherche sur le site: old version

baikal-lake.org

CHOIX DU TOUR:





Quoi de nouveau?

28-11-2013

Nous avons déménagé. Enfin c´est terminé!

Bonjour mes chers amis,

Il est possible que pendant les mois d´octobre et de novembre, vous avez eu quelques problèmes d´accés à mon site. C´était à cause du déménagement sur un autre serveur. En Russie, on dit: "un déménagement est égal à deux incendies"... Maintenant, les travaux sont terminés, mais si vous trouvez quelques choses qui ne marchent pas, n´hésitez pas à me mettre en courant via la page de Contacts. Je vous remercie d´avance pour votre aide et des conseils comment améliorer le site.

28-11-2013

La mise à jour des programmes de voyages .

Lors du déménagement sur un autre serveur, j´ai eu quelques problèmes techniques. Maintenant, vous pouvez retrouver les programmes mis à jour du voyage chez les eleveurs de rennes de Yakoutie et de la randonnée à ski chez les Evenks du nord de Baikal.

24-12-2012

Bonne Année 2013!

Mes chers amis-voyageurs,
Faute de temps, je ne vous donne pas souvent de mes nouvelles. Cependant, vous pouvez les toujours trouver sur ma page Facebook. Mais, malgré mon emploi de temps chargé, je m´efforce toujours de vous souhaiter un Joyeux Noël et une Bonne Année. Et aujourd´hui, je vous envoie mes salutations sibériennes les plus chaleureuses!


23-12-2012

Merci GNGL!


Comme un vieil ami et partenaire de longue durée, j´ai été présenté dans le dernier bulletin du Grand Nord Grand Large. Je vous invite tous à lire et à choisir son voyage de rêve. Newsletter de GNGL.